Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Nombre de visiteurs

  

148
Membres Enregistrés
Adishatz arrow La Boha (l'instrument) arrow 03- Organologie
03- Organologie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

La Boha

Vue d'ensemble :


La Boha

Extrait de "Autour d'une cornemuse landaise" G Dardey / Y Cozian

Il y a quatre parties essentielles :

La poche de la Boha 

La poche. En peau d'agneau ou plus souvent de chèvre, retournée avec les poils à l'intérieur. On pelait la bête comme un lapin pour ne pas avoir à coudre et on fermait les trous avec de la ficelle frottée d'ail. La poche n'est jamais recouverte d'un tissu comme pour les autres cornemuses (à une exception). Les poches ont une capacité de 8 à 15 litres.

 Le porte-vent de la Boha

Le porte-vent ou Bohet. Tuyau de bois troué sur toute sa longueur. Fabriqué en deux parties, il renferme une valve de cuir pour empêcher l'air de ressortir. Embouché par le musicien, l'autre bout est attaché à la poche.

 Le pihet de la Boha

Le Pihet. C'est une pièce de bois parallélépipédique qui enferme les deux tuyaux de jeu au bout desquels s'emmanchent les anches.

Le tuyau mélodique : de perce cylindrique régulière, troué de 5 ou 6 trous de jeu sur le dessus, un sur le dessous, et d'une fente pour accorder qui fait entendre la sous-tonique avec le petit doigt (ici, note un demi-ton en dessous de la note de réference de la gamme. Par exemple pour une gamme de Do Majeur, la sous-tonique obtenue sera Si.). La boha a une tessiture d'une octave (8 notes qui se suivent) plus la sous-tonique. Les bohas anciennes retrouvées jouaient souvent seulement une septième (7 notes qui se suivent). On achevait d'accorder le pihet en mettant ou sortant de la cire d'abeilles dans les trous.

 Le tuyau d'accompagnement de la Boha

Le tuyau d'accompagnement terminé par le Brunider : on ne peut pas parler véritablement de bourdon à cause du trou de jeu qui fait entendre alternativement deux notes d'accompagnement (parmis un choix de trois ). Par exemple en jouant avec un pihet en Do, on sonne Do ou Sol plus grave en bouchant le trou bourdon. Une possibilité supplémentaire offerte par le Brunidèr, (pièce de bois mobile, attachée au pihet par une chaînette ou un fil avec un petit morceau de fil de fer qui peut servir à retirer la cire qui bouche les trous.) d'avoir deux autres notes pour s'accompagner en modes mineurs. Par exemple avec un pihet en Do, on jouera en Ré mineur (dorien) et on pourra accompagner avec un bourdon en Do ou La.